Trianguler un relais – Le triangle des forces

Relier les points d’ancrage d’un relais en formant une triangulation c’est fort bien, mais à conditions de respecter un angle optimal pour la répartition (théorique) de la charge. En effet plus l’angle est ouvert plus on s’éloigne de l’objectif premier ! On appelle cela le triangle des forces.

Ces valeurs sont théoriques car pouvant se trouver modifiées selon l’exactitude de la triangulation, c’est à dire du sens de traction par rapport à l’axe partageant l’angle en deux. Si l’on effectue la traction avec un décalage sur la droite ou la gauche de cet axe la répartition, même avec un angle optimal, ne pourra se faire et l’application de la charge se fera pour majeure partie sur l’un ou l’autre des points. C’est pour palier à ce problème qu’il est recommander d’effectuer une triangulation multidirectionnelle autant que possible.

Les exemple ci-dessous servent de repère pour comprendre et appliquer la notion de triangle des forces lors de la réalisation d’un relais.

Angle inférieur ou égal à 60° – tout va bien

Angle à 60 ° : avec une charge de 100 kg on obtient 58 kg sur chacun des ancrages.

Angle à 120° – perte totale de répartition

Avec un angle à 120 ° et une charge de 100 kg sur le point central, il n’y a plus de répartition mais 100 kg soit la totalité de la charge sur chaque point d’ancrage.

Angle à 150° – tout va très mal

Avec un angle à 150° et une charge au point central toujours de 100 kg on reporte une charge doublée sur chacun des points d’ancrage, soit 200 kg sur chaque.

Beal eXperience