NOS

INNOVATIONS

Devenir n°1 mondial n’est pas une fin en soi.

Une place de leader impose de toujours avancer. C’est au leader d’initier les changements. Si on ne le fait pas, cela signifie que la place de n°1 n’est pas méritée. Nous ne voulons pas décevoir ceux qui nous ont fait confiance.

C’est VOUS qui faites de nous le n°1 et nous devons,  au quotidien,  faire tout ce qu’il est possible pour nous montrer digne de votre confiance.

C’est dans cette optique que notre recherche et développement travaille pour vous proposer de meilleurs produits ; des produits plus efficaces, plus beaux et en phase à la pratique d’aujourd’hui.

CORDES DYNAMIQUES

 Notre métier de base c’est la corde. Elle est l’objet de toute notre attention. C’est à travers elle que l’expertise BEAL s’exprime le mieux.

a. Des cordes dynamiques toujours plus légères :

Nous parlons bien ici de légèreté et non pas de diamètre. Nous aurions pu dire que la pratique pousse à avoir des cordes de plus en plus fines mais cela ne reflète pas la réalité…

Il y a un point méconnu de la norme… Le diamètre « commercial » est une donnée encadrée mais il peut être différent du diamètre officiel. La norme admet que l’on puisse nommer la corde à +/- 0,2mm du diamètre officiel. Une corde de 10mm pourra donc avoir un diamètre commercial compris entre 9,8 et 10,2… Ce « twist » explique pourquoi sur le marché on arrive à trouver des cordes soit disant plus fines mais qui pèsent plus lourd qu’une corde soit disant plus grosse…

La valeur qu’il faut absolument vérifier pour comparer à coup sûr les grosseurs des cordes c’est le poids au mètre. Lui seul peut faire office de référence car lui ne dispose d’aucune tolérance.

Là encore, et comme pour les forces de choc, les cordes BEAL sont une référence absolue !

  • Qui a été le premier fabricant à proposer une corde à simple sous la barre des 60g/m avec sa Stinger (59g/m) ?
  • Qui a été le premier fabricant à proposer une corde à simple sous la barre mythique des 50g/m avec l’Opera ?
b. La Joker, première corde multi-label

La corde multi labels : Innovation marquante : la Joker est une corde pionnière.

Sortie officiellement en 2003 (elle était auparavant réservée aux grimpeurs sponsorisés sous nom de code Hypocrite), c’est la première corde dynamique à être à la fois une corde jumelée, à double et à simple.

Une véritable révolution à l’époque qui a fait bien des envieux ! Mais là où nous marquons encore notre avance c’est que dès 2003, la Joker annonçait un poids au m de 51g… Soit encore aujourd’hui le poids la plus léger disponible chez nos concurrents…

c. Dry Cover, Golden Dry, Unicore : des technologies uniques
  • Le Dry Cover : procédé chimique inventé en 2002 qui confère à nos cordes une résistance aux frottements renforcée.
  • Le Golden Dry : le traitement contre l’abrasion ET l’eau. Ce procédé mis au point en 2002 donne des résultats exceptionnels au test UIAA Water Repellent ! Quel fabriquant peut se prévaloir d’offrir à ses utilisateurs un produit qui passe une norme avec plus de 10 ans d’avance ?
  • L’Unicore : procédé sorti en 2006 mais mis en application sur les cordes dynamiques en 2008. Il permet de rendre solidaire l’âme et la gaine de la corde afin d’assurer plus de sécurité mais également une meilleure résistance aux frottements. 10 ans plus tard, aucun autre fabricant n’est parvenu à mettre en place un système similaire sur les cordes dynamiques !

CORDES SEMI-STATIQUES

a. Pro Water : La première corde Type A flottante

La corde Pro water 11mm est une innovation brevetée par BEAL.

Il s’agit de la première corde flottante semi-statique normée EN 1891 Type A.

Ce produit nous a été demandé afin de minimiser les risques d’accident lors du secours d’un opérateur qui serait tombé dans l’eau.

Grâce à sa couleur orange, les secouristes peuvent facilement repérer la corde.

Grâce à sa flottabilité, le risque de voir la corde se faire prendre dans l’hélice du bateau est extrêmement faible.

b. Raider : des cordes résistantes aux hautes températures

La gamme de cordes RAIDER (Raider 10.5mm, Raider 11mm et Raider Tactic 11mm) est une gamme dédiée aux forces spéciales répondant à leurs besoins spécifiques : lors d’interventions à partir d’hélicoptères, les forces spéciales doivent descendre le plus vite possible le long de la corde à l’aide d’un descendeur métallique. Ce dernier chauffe du fait du frottement sur la corde.

Les cordes semi-statiques sont normalement fabriquées à partir de Polyamide. La température de fusion du Polyamide étant de 230°C, la durée de vie des cordes standard pour cette utilisation est alors extrêmement courte !

Grâce à une construction spéciale mélangeant Polyamide en âme et Aramide en gaine, les cordes Raider deviennent résistante à la chaleur et permettent de nombreuses descentes successives à vive allure.

c. Hotline : une corde résistant aux produits chimiques

La corde Hotline 11mm a été développée afin de permettre les interventions et opérations de maintenance en présence de certains produits chimiques dangereux.

AUTRES

a. Escaper
L'escaper est une innovation brevetée présentée au salon Outdoor en juin 2017. Il s’agit d’un système d’ancrage récupérable. En tant que système d’ancrage il est normé EN 795B et a une résistance de 18kN. L'escaper permet de de descendre en rappel sur un seul brin et de rappeler la corde une fois le rappel effectué.
b. Birdie

Le Birdie est un assureur compact avec freinage assisté pour l’assurage en tête et en moulinette.

Totalement métallique, avec came et pièces de frottement en acier inox pour une grande durabilité.

Sortie de la corde dans l’axe de l’appareil pour éviter le vrillage.

Peut être utilisé sur toutes les cordes dynamiques à simple de diamètre 8,5 mm à 11 mm.

c. Air Force

Le choix de BEAL est de proposer des appareils qui permettent un dosage efficace du freinage afin de favoriser un assurage dynamique, maîtrisé et non subi, ce qui préserve le point d’ancrage, le grimpeur et la corde. Avec d’un côté des gorges en V avec rainures et de l’autre des gorges plus larges sans rainures, les frottements parasites sur les angles sont réduits au maximum, limitant l’usure des cordes lors des descentes en rappel ou des moulinettes.

A l’exception du très classique 8, les assureurs/descendeurs BEAL dérivés du tube ne font pas toronner la corde, et ils ont tous :

  • > de grandes ouvertures pour alléger les appareils.
  • > un schéma gravé montrant le sens d’usage.
  • > un numéro individuel pour faciliter la gestion du matériel de sécurité.

Il est fortement recommandé de les utiliser avec un mousqueton de sécurité dédié symétrique de gros diamètre (12 mm) et rond.

LES RATÉS

Parce qu’innover n’est pas une science exacte, il faut aussi savoir regarder ce qui n’a pas fonctionné. Des innovations que nous pensions marquantes mais qui n’ont pas séduit.

Un petit TOP 3 de nos râtés :

N°3

on peut appeler ça un demi échec : les cordes Program. Elles ont longtemps été dans notre offre. Le principe était simple : grâce à un automate nous faisions varier le point de tressage de la corde afin d’offrir une corde plus ou moins souple. Plus souple pour faire le nœud, plus rigide ensuite pour résister aux frottements (Et oui, une corde molle s’aplatit et donc génère plus de frottements et ainsi s’use plus vite… Attention aux cordes molles !). Procédé que nous avions breveté. Mais le succès commercial a été plutôt mitigé…

N°2

les harnais sans boucle. Sur le papier, une révolution. Lancée en 2001 la gamme AeroLight a connu plusieurs liftings afin de trouver son public. Un changement radical. Encore aujourd’hui certains chez BEAL estiment que c’est le meilleur harnais que nous ayons fait. Mais voilà, nous avions oublié un point essentiel : l’essayage en magasin. Ce produit était incroyable à condition de bien choisir sa taille car le passage des hanches pouvait s’avérer compliqué. Cela supposait donc que pour l’essayer en magasin il fallait avoir une tenue pas trop ample et surtout vider ses poches… Au moment de la démocratisation des téléphones portables, on ne pouvait pas tomber plus mal !

N°1

et le flop du flop… En 2005, nous avons décidé d’offrir à nos clients « institutionnels » la possibilité d’identifier nos produits grâce à une technologie aujourd’hui bien connue : le RFID. Mais en 2005, c’était un sacré pari. Pari tenté, mais pari perdu. Malgré des puces plutôt ergonomiques et des investissements importants dans le développement d’un logiciel de gestion et de contrôle (Beal services), le succès commercial n’est pas venu. Mais des échecs peuvent naître les succès de demain. Espérons que nous avons su analyser notre échec et que notre nouveau système appelé BEAL INSPECT sera séduire les utilisateurs !